Engrenages biologiques

Comment diriger des personnes en niant leur condition de personnes ?

L’actuel modèle de management cherche à diriger les personnes en niant leur condition de personnes.

“On est prié de laisser ses émotions aux vestiaires” (et mieux encore chez soi). J’ai eu l’occasion de voir cet écriteau dans les bureaux d’une entreprise.

Les émotions et les sentiments sont étroitement liés. La peur, la défiance, la couardise, l’apathie, le mécontentement font partis de l’ensemble. Il faut les laisser en dehors du travail, demande la Direction.

Sont aussi des émotions l’illusion, le désir de bien faire, l’espoir, le moral, l’envie de s’impliquer. On est prié de les laisser aux vestiaires (ou mieux encore chez soi).

C’est ce qu’ordonnent les entreprises, et ses travailleurs obtempèrent. Travailler sans émotions, comme des machines.

Des artéfacts encouragés à prendre les initiatives que marquent les normes, à manifester un esprit d’équipe sans sentiment, à collaborer tout en étant rivaux, à innover en suivant les processus établis, à changer pour que le management n’ait pas besoin de le faire, à sortir de leur zone de confort pour que les dirigeants puissent rester dans la leur.

Ça fait beaucoup de paradoxes pour un être émotionnel ! « Il faut laisser les émotions aux vestiaires » (et mieux encore chez soi). Le modèle de management veut diriger un personnel qui ne soit pas formé de personnes.

Et comment donc voulez-vous que ça marche, mille millions de sabords !

 

Tagués avec : , , , ,
Publié dans Management, Personnel

Laisser un commentaire

Ce site uilise des cookies pour faciliter son expérience de navigation. Voir ICI notre politique de cookies
Accepter
x